Performance thermique en bâti ancien

Doublage béton de chanvre Tradical-ancien relais de chasse Le Boulai

Performance thermique en bâti ancien

Rénovation extension d'une maison traditionnelle en Anjou. Ou comment apporter de la performance thermique en bâti ancien.

Nous vous avons présenté l’intervention de l’entreprise Pi-Œuvre en Mai pour ce même chantier. Maintenant la rénovation extension est quasiment terminée. Nous revenons sur place avec l’interview de la maîtrise d’ouvrage qui retrace ses engagements pour cette maison classé “Maison de caractère”, en Anjou. Le lieu est désormais habité et permet un nouveau retour d’expérience concernant la performance thermique en bâti ancien, apportée par le béton de chanvre.

 

Interview mars 2021 et septembre 2021, par Weber.
La maîtrise d’ouvrage sera dénommée “MOA Le Boulai” dans l’article.

Faire le choix de la rénovation et des biosourcés

Weber : Pourquoi s’engager dans l’achat et la rénovation d’une maison ? Quel a été l’élément déclencheur ?

MOA Le Boulai : J’ai fait une formation OPEC (Ouvrier Professionnel Eco Construction). J’y ai compris l’importance de la construction bioclimatique, la qualité des matériaux écologiques. Je ne pouvais plus habiter dans une maison qu’on avait fait construire 5 ans auparavant sur un principe conventionnel Weber. Elle était très confortable, c’était une belle maison avec plancher chauffant…

Sauf que lors du 1er épisode caniculaire, en Juin 2017, la température extérieure était de 39°C. Et que cela s’est traduit dans notre maison par une température de 32 °C sous les combles, à l’étage, là où se situaient les chambres. Nous n’avions pas de climatisation parce que nous vivons dans une région qui n’est pas ancrée dans cette habitude de rafraichissement de l’habitat. Cela m’a marqué, et je me suis dit que ce n’était plus possible de vivre dans notre maison dans ces conditions de surchauffe et d’inconfort, même ponctuellement.

Autre facteur déclencheur, ma passion pour l’habitat ancien dans lequel j’ai longtemps vécu. Et pour faire la jonction avec la notion de confort, je souhaitais de nouveau vivre dans de l’ancien et le rénover pour qu’il soit performant. En bénéficiant de toutes les connaissances acquises lors de ma formation.

Repenser la configuration du bâti ancien pour gagner en confort et performance thermique

Weber : Comment a été envisagé la rénovation au niveau conception ?

MOA Le Boulai : Nous avons trouvé la maison et le cadre qui nous convenaient. Il s’agit d’un ancien relais de chasse classé Maison de caractère. Nous avons su tout de suite qu’il fallait y adjoindre une extension. La bâtisse est composée en 3 corps : la partie principale de l’habitation, une petite partie centrale et une “excroissance” aux dimensions inhabituelles et difficilement exploitables de 9 (L) x 2 (l) x 1.95 (H) m.

Nous avons missionné l’architecte JM Naumovic, spécialiste de l’architecture bioclimatique et des matériaux biosourcés pour nous apporter des pistes et soumettre notre permis de construire.

 

Cela s’est traduit par la création d’une extension s’appuyant d’une part sur le mur extérieur de la partie 9 x 2 m et d’autre part sur la façade Est de la maison, pour constituer un nouvel espace ouvert de 60 m².  Nous avons implanté sur la façade nord de l’extension une grande bais vitrée pour avoir un regard sur la piscine. Et sur la façade nord de l’habitat principal, nous avons remplacé une porte traditionnelle par une porte fenêtre, là aussi pour disposer d’une vue sur la piscine. Tout simplement pour une question de sécurité vis-à-vis de ce bassin.

Jean-Marc Naumovic a profité de la création de cette extension pour procéder à une surélévation de cette partie, car la hauteur initiale de 1.95 m était insuffisante. Ainsi la hauteur du mur est passée à 2.8 m (plafond intérieur jusqu’à 3,8 m). Ce qui a permis d’implanter dans les 85 cm gagnés de nouvelles fenêtres sur une trame rappelant l’existant. L’opération nous garantissait un gain conséquent quant à la luminosité intérieure de notre nouvelle pièce.

Les solutions pour disposer d'une vraie performance thermique en bâti ancien, en toutes saisons

Weber : Comment s’est traduit votre volonté d’utiliser des matériaux biosourcés ?  

MOA Le Boulai : Nous avons fait le choix du béton de chanvre pour ses performances d’isolation hiver comme été. Nous l’avons prévu pour la dalle, les murs neufs de l’extension, le doublage intérieur des murs existants et la toiture neuve de l’extension.

Pour la toiture existante qui était en bon état, et pour laquelle il n’était pas question d’enlever les ardoises, projeter le béton de chanvre puis remettre les ardoises, nous avons opté pour de la laine de coton, à poser par l’intérieur.

 

Weber : En dehors de la construction même de l’extension, êtes-vous intervenus sur le gros œuvre ?

MOA Le Boulai : Oui, pour réaliser la dalle isolante en béton de chanvre. Il a fallu décaisser le sol de la partie existante sur 50 cm d’épaisseur, en cassant la dalle béton classique et son carrelage. Nous en avons profité pour poser un drain périphérique intérieur qui redirige l’eau vers le drain périphérique extérieur que nous avons également implanté.
Comme cela est indiqué dans les règles professionnelles relatives au béton de chanvre, nous avons mis en place un empierrement ventilé tant dans la partie ancienne que dans l’extension. Les fenêtres, portes-fenêtres, baies vitrées sont en doubles vitrages. Nous avons également participé activement au chantier en construisant les murs ossature bois, le charpentier n’a fait que la charpente sur poteaux.
Le reste des interventions concernait le second-œuvre

Les différentes phases du chantier béton de chanvre

Weber : Par quel préalable deviez-vous passer avant de procéder à l’isolation des parois ?

MOA Le Boulai : La maison avait fait l’objet d’une grosse rénovation dans les années 80. Avec la mise en place de cloisons en brique de 5 cm. Nous avons tout cassé pour revoir la distribution.

Nous avons également décroûté les murs porteurs, tant côtés extérieurs qu’intérieurs. Les murs étaient plutôt en bon état bien que recouverts de ciment au niveau des soubassements. Et là, on sait ce que cela génère. Ainsi les pierres de tuffeau constituant les soubassements des colombages, présents ponctuellement dans le système constructif, étaient trempées et fragilisées. Les bois avaient également souffert. Il en allait de même pour les encadrements de tuffeau. Mais le fait de laisser l’ensemble à l’air libre a permis à ces éléments de se stabiliser et de recouvrer un taux d’humidité approprié.

 

Weber : Le béton de chanvre, est-ce facile ?

MOA Le Boulai : L’intérêt est qu’il s’adapte parfaitement à toutes les configurations qu’on va rencontrer sur un bâti ancien. Les matériaux y sont multiples, les géométries et planéités variées et variables. Et ces aspects ne sont jamais source de problèmes. On peut facilement rattraper les niveaux et les verticales. Avec la projection mécanique du matériau on avance sur l’ouvrage, qu’il s’agisse de la dalle, des murs ou de la toiture. Pas de pare-vapeur à poser, pas de futurs points de rosée à anticiper.

Pour les temps de séchage, il faut mettre en place un planning. Cela permet de continuer le chantier sans coup d’arrêt. L’entreprise Pi-Œuvre a projeté le béton de chanvre en novembre qui n’est pas le mois le plus propice pour faciliter le séchage. Donc nous avons veillé à ce que la ventilation naturelle du bâtiment se fasse presque tous les jours, sauf par grande pluie, pour que le séchage soit efficace. Bien qu’on soit en hiver, on aurait pu faire les sous-couches des enduits en décembre. Nous les avons décalés car l’entreprise n’était pas disponible sur cette période. En tous cas nous n’avons eu aucun souci de prise ou de séchage malgré la période peu clémente à laquelle nous avons fait le béton de chanvre.

Et après l’isolation de la toiture de l’extension, nous avons mis en place tout le drainage périphérique, isolé la toiture existante du bâti principal et posé la couverture de tuiles plates sur la toiture de l’extension. Donc nous étions bien occupés pendant le séchage du béton de chanvre !

Les aides financières pour la rénovation

Weber : Avez-vous pu profiter des aides financières pour la rénovation thermique de votre maison ?

MOA Le Boulai : Comme il s’agit d’un projet global de rénovation thermique, plusieurs types de travaux sont en jeu. Nous nous sommes contentés de mettre dans notre demande de financement les menuiseries, le chauffage et le chauffe-eau thermo-dynamique. Le prêt Eco PTZ nous a été accordé rapidement. En fait le long travail de constitution du dossier commence par la demande des devis aux entreprises, qui doivent aussi remplir des formulaires.

Vouloir intégrer le béton de chanvre dans une demande de financement n’est pas forcément une bonne idée quand vous avez majoritairement du doublage comme dans notre cas. Pour cette application, 15 cm de chaux chanvre suffisent, alors que pour recevoir un avis favorable, il faudrait mettre une épaisseur bien plus importante mais inutile en terme d’efficacité et pour un budget plus important. (ndlr : alors que pour une application mur pan de bois ou mur, la demande peut se justifier). À noter : nous avons pu intégrer la prestation de l’architecte qui a été prise en compte dans notre demande de prêt à taux zéro.

À contrario, notre demande de financement via Ma Prim’Renov ne nous a apporté qu’une aide limitée, env. 10% du montant engagé. Parce que l’aide est fortement conditionnée aux revenus disponible.

Un nouveau retour d'expérience de la performance thermique en bâti ancien

Weber : Vous occupé votre maison maintenant, comment s’est passé l’été ?

MOA Le Boulai : Nous avons bénéficié de températures plus clémentes que les années précédentes, mais il a fait quand même jusqu’à 30 °C. Et notre intérieur n’a jamais dépassé les 24 °C dans la partie extension. Il faisait plus frais dans la partie ancienne. Cela laisse augurer des performances encore meilleures pour l’avenir car le béton de chanvre donne toute sa mesure à partir de la 2ème année de mise en place.

La prochaine période hivernale va nous permettre de tester le comportement de notre maison au froid. Un unique poêle de 6 KW est prévue pour chauffer nos 200 m², en sachant que notre chauffagiste local connait parfaitement son sujet. Son accompagnement était précieux pour déterminer la puissance la mieux adaptée à notre maison.

Nous avons hâte de goûter au confort de notre nouvel intérieur en période froide, en Anjou.

Fiche chantier Le Boulai - Isolation béton de chanvre

  • Lieu : Le Boulai (49 – FR)
  • Durée du chantier : 12 mois
  • Date livraison : 2021
  • MOA : privée
  • Maîtrise d’Œuvre : JM Naumovic

 

Applications biosourcées

Béton de chanvre Tradical® en application DOUBLAGE & MURS ISOLANTS / CHAPE ISOLANTE / TOITURE ISOLANTE : avec la chaux Tradical® Thermo + la chènevotte Chanvribat®

  • Doublage isolant : 180 m2 en 15 cm
  • Murs neufs isolants : 57 m2 en 28 cm
  • Sol isolant : 120 m2 en 15 cm
  • Toiture isolante : 90 m2 en 28 cm

 

  • Le couple chaux chanvre Tradical® Thermo + Chanvribat® est validé par Construire en chanvre. Il est conforme aux exigences performancielles des Règles Professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
  • Tradical® Thermo est une chaux de classe FL A 3,5 selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459
  • Chanvribat® est un chanvre labellisé Granulat Chanvre Construction
  • Ce couple chaux chanvre bénéficie d’une résistance au feu EI 240. C’est la meilleure possible et qui confère au Béton de Chanvre Tradical® un véritable rôle de sécurité incendie

 

Application enduit traditionnel

  • Intérieur : enduit à la chaux Tradical® Bâtir + sable local.
  • Extérieur : enduit à la chaux : Tradical® PF 80 + sable local.
  • Les chaux Tradical® Bâtir et Tradical® PF 80 répondent à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459. Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 2. Tradical® PF 80 est une chaux de classe FL A 2.

 

Performance thermique en bâti ancien

1er retour d’expérience pour cet ouvrage grâce au relevés réalisés cet été en Août 2021 :
Température extérieure : 30°C / température intérieure : 24°C (zéro climatisation bien sûr)
A noter que la température intérieure sera encore mieux régulée pour les prochaines saisons. La performance est optimisée à partir de la 2ème année. 

 

Crédits photos

  • ©Pi-Œuvre et Weber

 

Pour aller plus loin

Découvrez également les articles complémentaires dans notre rubrique d’actualité

  1. La mise en œuvre du béton de chanvre sur ce chantier : Enveloppe globale en béton de chanvre pour un patrimoine performant
  2. Portrait d’entreprise : Pi-Œuvre – Spécialiste de l’isolation au chanvre

 

Pour les contacts

finition chaux aérienne en rénovation intérieure
Posted on

L’enjeu de la compatibilité des matériaux en rénovation

La parfaite adéquation du béton de chanvre

En rénovation, c’est un enjeu majeur que d’isoler en parfaite compatibilité avec les matériaux des ouvrages traditionnels, et que les performances soient au rendez-vous sur la même durée de vie que le bâti ancien. AC Déco met en valeur tout ce potentiel des Bétons de Chanvre Tradical® pour livrer des rénovations axées qualité et confort de vie.

Visite guidée d’une de ses interventions en Charente-Maritime.
Interview de Sébastien Tinchant, entreprise AC Déco, le 25 10 2018 : Weber Tradical®

 

Weber : Comment s’est faite la rencontre avec votre client ?

Sébastien Tinchant : Ce sont des anglais qui ont racheté cette bâtisse. Ils avaient envie de vivre dans une maison écologique. De par leur profession ils sont déjà engagés dans ce type de démarche. Ils connaissent la chaux et voulaient des intervenants locaux. Ils ont découvert mon activité et mes engagements dans l’écoconstruction.

J’ai procédé comme je le fais toujours, en leur faisant visiter, avec le MO, des réalisations antérieures. Cela m’a permis d’expliquer concrètement le potentiel du béton de chanvre aux niveaux thermique et échange hygrique, et la relation parfaite entre ce matériau et la pierre. Le thermicien a pris en main les caractéristiques présentées dans la brochure Tradical® pour ajuster la puissance de chauffage qui se fera via une chaudière bois déchiqueté. Avec pour objectif que le client fasse son propre bois pour alimenter la chaudière.

 

Weber : Le bâtiment est dans quelle configuration ?

ST : Il s’agit d’une longère R+2 en Charente-Maritime. Au 1er étage, les murs sont constitués de moellons, au 2è, là c’est de la pierre de taille. À noter que la maison dispose de plusieurs accès au travers de 4 escaliers. Aspect déterminant car une partie de cet édifice est destiné à devenir un gîte. Les visiteurs disposeront ainsi d’un accès privatif.

 

Weber : Quel était le programme des travaux ?

ST : La double fonction du site impliquait la multiplication des salles de bain notamment (8 en tout). La MOA a prévu des travaux d’isolation béton de chanvre en mur et chape. Donc la maison a été complètement vidée, avec conservation du plancher en étage, et de toutes les poutres.

 

Weber : Vous avez procédé à cette rénovation suivant quel phasage compte tenu du temps de séchage du béton de chanvre ?

ST : Les grandes lignes sont simples : Démarrage avec la mise en place d’un hérisson + chape de béton de chanvre, puis intervention du maçon, suivie de la projection du doublage isolant.

Pour la chape isolante

Plus concrètement, le terrassier à fait le hérisson en pouzzolane sur une partie du RDC en suivant mes recommandations. L’autre partie en carreaux ciment a été conservée pour éviter de démolir ce qui fonctionnait correctement.

Mise en place bien sûr de plusieurs drains pour assurer la ventilation du hérisson avec un système de pose qui remonte jusqu’en toiture pour créer un tirage naturel entre la base et le haut de l’ouvrage.

La chape de 17 cm en béton de chanvre est restée en l’état, à sécher. Elle recevra ultérieurement des carreaux traditionnels Pauzat en terre cuite.

 

Pendant le temps de séchage de la chape, le chantier a progressé sur de très nombreux points :

  • Pose de l’isolation en toiture,
  • Nouvelles ouvertures faites par le maçon, qui a également décrouté les parois côté intérieur.
  • Mise en place d’un nouveau réseau électrique
  • Pose des fluides dans la foulée ; avec une alimentation des radiateurs en fonte pour l’étage et  plancher chauffant pour le RDC.
  • Préparation pour le doublage intérieur avec fixation d’une ossature secondaire et pose d’encadrements des embrasures

 

Pour le doublage isolant intérieur,

nous avons projeté le Béton de Chanvre Tradical® Thermo + Chanvribat® sur 8 cm d’épaisseur en RDC et en étages sur les parois en contact avec l’extérieur. Le rendement est de 2 m3/h soit 10 m3/j. Pour avoir les bons réglages et donc un bon fonctionnement, j’ai ajouté un débitmètre au départ du tuyau qui achemine le lait de chaux.

L’application se fait de bas en haut. On mouille le support avec un lait de chaux que l’on fait suivre d’une passe générale de béton de chanvre pour uniformiser la surface. Puis projection dans l’épaisseur définie. Le réglage définitif se faisant au moyen d‘une grande règle crantée de 1,4 m en s’appuyant sur des repères mis en place.

 

Weber : A partir de quel moment avez-vous pu passer aux finitions ?

ST : A l’issue d’un mois de séchage, une partie du doublage pouvait recevoir  un enduit traditionnel à la chaux sous forme de gobetis + renformis (en projection avec la même machine) Chaux + sable en Tradical® Bâtir + sable local de Cadeuil dont la tonalité va de ocre à rouge, elle fluctue en fonction des campagnes d’extraction. C’est un 0/3 qui est bien étagé.

Et là nous avons joué de différentes finitions suivant la fonction des pièces. Ainsi globalement nous avons réalisé la passe de finition avec un enduit mince à la chaux Tradical® Décor, pour une esthétique à grain fin talochée. Dans la salle de réception on complétait l’ouvrage par un micro-enduit à la chaux, Tradical® Finilys, posé a fresco en 1 (lissée) ou 2 passes (ferrée).

 

Fiche chantier chaux et bétons de chanvre

  • MOA : privé
  • Lieu : Charente-Maritime
  • Entreprise : AC Déco : 16 rue du bosquet – 17250 Sainte Radegonde | https://www.acdeco17.fr/|

 

Solutions techniques chaux et bétons de chanvre

1/Isolation Béton de Chanvre

  • Doublage isolant Béton de chanvre : Tradical® Thermo + Chanvribat® | Masse volumique 280 kg/m3
  • Chape isolante Béton de chanvre : Tradical® Thermo + Chanvribat® | Masse volumique 325 kg/m3
  • Tradical® Thermo et Chanvribat® composent un couple chaux+chanvre validé et conforme aux exigences performantielles des règles professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
  • Chanvribat® est une chènevotte labellisée Ganulat Chanvre Bâtiment

 

2/Sous enduit traditionnel à la chaux

  • Gobetis et sous-enduit Tradical® Bâtir + sable selon le dosage pour support tendre.
  • Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 3.5 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

3/Finition à la chaux

  • Tradical® Décor, enduit mince à la chaux aérienne, prêt à gâcher, pour la réalisation d’enduit de finition mince. Ici mise en œuvre sur Tradical® Bâtir + sable parfaitement taloché

 

4/Finition décorative

  • Tradical® Finilys : micro enduit à la chaux, prêt à gâcher, en 1 passe lissée
  • Tradical® Finilys : micro enduit à la chaux, prêt à gâcher, en 2 passes ferrées

 

Article complémentaire

ITINÉRAIRE vers le béton de chanvre | Portrait de Sébastien Tinchant AC DECO | Interview 2/2

 

Votre contact pour aller plus loin :

Service Client Ouest | Mail : weber-sc-ouest@saint-gobain.com | Tél. 02 99 35 55 55

Weber Tradical, votre expert dans l’enduit chaux chanvre

ITI : Doublage isolant en 24 h chrono

Nous vous présentons ici, un chantier ayant débuté en mai 2017, à Montech dans le 82. Ce bâtiment aux murs de briques et de pierres, a fait l’objet d’un décroutage intérieur pour enlever le mortier de ciment qui recouvrait les parois. Le Doublage Isolant Béton de Chanvre Tradical® y a fait la démonstration de sa facilité de mise en œuvre pour un projet global de 200 m². Ossature le matin, banchage, remplissage, débanchage et ainsi de suite jusque au plafond, en fin de journée pour la 1ère pièce = 24 h CHRONO !

 

Restaurer et isoler en auto-construction

Interview de Mr Gilles Mollard, autoconstructeur,
réalisé en septembre par Weber

 

Pouvez-vous nous décrire le contexte de votre projet de rénovation ?

GM : Il s’agit d’une ferme traditionnelle dont nous avons héritée. Elle se situe dans le Tarn-et-Garonne (dpt 82) à Montech. Elle est composée d’un grand corps de ferme à rénover avec 100 m² en rez-de-chaussée et 100 m² en étage. À cette configuration s’ajoute une écurie de 80 m² déjà rénovée.

Au niveau des températures, il fait très froid en hiver pendant une semaine : de -7°C à -10°C ; avec des températures hivernales moyennes comprises entre 1 à 5°C le matin, avec des après-midis qui se réchauffent. En été il peut faire jusqu’à 38°C. L’amplitude des températures hiver et été nécessite une isolation performante en toute saison.

L’état moyen du bâtiment nous a conduit à nous lancer dans sa restauration. Ses murs de moellons de 30 à 40 cm étaient dégradés par la présence d’une forte humidité. Tout simplement parce que lors d’une rénovation antérieure l’ensemble des murs intérieurs avaient reçu un enduit de ciment, qui lui-même ne donnant pas satisfaction avec été recouvert de briquettes. Dans cette maison familiale, c’est l’odeur d’humidité permanente qui s’imposait. Vivre dans ce contexte étant impossible, nous nous sommes questionnés sur les moyens à mettre en œuvre pour améliorer ce cadre de vie.

Comment avez-vous découvert le béton de chanvre ?

GM : C’est un distributeur de matériaux Point P qui a évoqué la solution chanvre+chaux, lorsque nous lui avons décrit l’état des lieux et notre projet. Puis je me suis renseigné en parcourant différents sites sur internet.

Nous voulions des solutions simples pour respecter nos murs et isoler. Je ne voulais absolument pas partir sur la classique mise en place de panneaux hauteur d’étage, car nos murs traditionnels n’étaient pas droits, pas plans. J’ai analysé divers solutions avec comme objectif principal de laisser respirer les murs.

 

Un projet de rénovation en deux temps

GM : Dans un premier temps, nous avons voulu redonner vie à nos murs, et avons décidé de tout casser pour revenir à la configuration initiale des parois. Donc suppression des briquettes et du ciment pour faire réapparaitre les moellons. Le deuxième temps étant celui de la restauration/isolation proprement dite.

 

Pourquoi avoir choisi le béton de chanvre sous sa forme doublage isolant ?

GM : Je voulais faire une mise en œuvre directement sur le support, pour à la fois réparer les murs et les isoler. J’ai compris très vite qu’il ne fallait pas créer de ponts thermiques pour disposer d’une efficacité d’isolation maximum. Ce qui a conduit par exemple à reconsidérer le mode de mise en place des planchers afin qu’on puisse réaliser une isolation en continu entre le rez-de-chaussée et le 1er étage, sans interruption à la jonction plancher/mur.

 

Comment avez-vous décidé de faire ces travaux par vous-même ?

GM : Je n’avais pas de connaissance dans l’utilisation des matériaux choisis. Je ne suis pas un professionnel du bâtiment. Donc ce fut une totale découverte. En fait ce qui m’a permis de franchir le pas, c’est tout simplement le soutien que j’ai reçu de la part de votre Conseiller Technique.

 

Quels ont été les points clés à respecter pour faire correctement votre ouvrage ?

GM : Un des points importants a été la réalisation d’un calepinage pour tenir compte des passages des câbles électriques, afin que les prises tombent correctement sur les liteaux.

Ces liteaux qui font partie de la solution doublage isolant, constituent une ossature légère fixée aux murs et sont très faciles à mettre en place ; il n’y a pas d’exigence particulière en termes d’alignement et d’aplomb. Ce qui est un grand avantage lorsqu’on a des murs anciens comme supports !

En fait, j’ai passé du temps pour régler au laser les têtes de vis fixées sur les liteaux. Elles déterminent le nu de la surface finale du béton de chanvre. Elles jouent du même coup le rôle d’écarteur pour poser les banches à bonne distance et servent de guide également pour la pose des prises électriques.

 

Pouvez-vous nous donner une idée de vos  rendements ?

GM : C’est ce travail de préparation qui rend facile la mise en œuvre du doublage isolant béton de chanvre. J’ai été très étonné par la simplicité du principe Banchage/Remplissage entre banche et mur / Débanchage. Une ½ heure par longueur de banche ! Avec un résultat final très qualitatif concernant l’aspect de l’ouvrage.

Comment avez-vous planifié le déroulement de la mise en œuvre ?

GM : Le début des travaux date de Mai 2017 et nous avons fini le rez-de-chaussée début juillet 2017. En intervenant de manière discontinue les week-end.

Si je fais la somme de mes interventions, on en arrive à 12 journées de 9 à 16 h pour le doublage isolant en béton de chanvre du rez-de-chaussée.

 

Quel 1er bilan faîtes-vous quant au bien-fondé de votre choix “Doublage isolant” ?

La voie humide (chaux+chanvre+eau) n’a pas été bloquante par rapport à des solutions voie sèche(fibre de…laine de…). Le béton de chanvre m’a permis également de faire des travaux connexes de comblement de défaut de maçonnerie, du fait de sa capacité à se mettre en forte épaisseur.

 

« Pour moi, le béton de chanvre c’est une maçonnerie isolante ».

Au final, mettre en place du béton de chanvre est bien plus rapide à faire que la pose de panneaux hauteur d’étage, par exemple, qui nécessite la mise en place précise d’une ossature + la pose d’un isolant + une préparation des panneaux (à jointer + ponçage + sous-couche) + finition. Avec quelle valeur réelle de perméance de l’ensemble, et quelle valeur réelle de durabilité ?

Alors que pour le Doublage Isolant Béton Chanvre Tradical®, la mise en place de l’ossature reste simple, le banchage et le remplissage sont très rapides. Le tout prêt à recevoir une finition à la chaux.

« J’ai de plus une grande sérénité par rapport à la résistance de ce matériau aux rongeurs, ce qui est un point très important quand on vit dans la nature ».

Avez-vous déjà un retour consommation avant/après ?

GM : Pas pour l’instant car l’ouvrage est récent, mais je vois le bienfait dans la maison. L’odeur très agréable du béton de chanvre me change de l’odeur initiale de moisi qui régnait avant les travaux !

Nous n’habitons pas encore à temps plein car les travaux ne sont pas finis. Mais en y allant quand il a fait froid, j’ai pu constater qu’il y a déjà du confort. Nous n’avons plus la sensation de parois froideS !

 

«Avec 10 cm de Béton Chanvre Tradical®, on a le résultat qui convient ! Y compris au niveau acoustique pour une chambre dont l’ensemble des murs est doublée avec du béton de chanvre.

C’est un produit exceptionnel».

 

Quelles finitions envisagez-vous sur le béton de chanvre ?

GM : Le doublage béton de chanvre présente une très belle esthétique au naturel, on a presque envie de le laisser tel quel, sans le recouvrir. Mais finalement je vais appliquer un enduit à la chaux Tradical® Décor pour le protéger. Il se pose en faible épaisseur, est très facile à régler et parfaitement compatible avec le doublage.  Que des plus pour moi qui ne suis pas un pro !

Avant d’appliquer la finition, on a laissé sécher tranquillement le béton de chanvre, au fil de la durée du chantier.

 

Votre ressenti après cette expérience d’utilisation d’un matériau biosourcé pas comme les autres ?

GM : La mise en œuvre globale est simple. L’esprit du lieu est respecté. Avec déjà une sensation de confort au niveau isolation, complétée par une liberté esthétique qui redonne à notre maison son cachet ancien.

 

« Aujourd’hui, je suis serein. Après cette partie doublage chaux+chanvre, je n’ai plus qu’à finir les enduits, Le tout va vivre bien des années. C’est l’idéal ! »

 

 

Fiche chantier Montech

Les produits

  • Béton Chanvre Tradical® : Chaux Tradical® Thermo + Chènevotte Chanvribat®
  • Épaisseur : 10 cm en moyenne
    Enduit de finition à la chaux : Tradical® Décor

Impact environnementale
20 m3 de Béton Chanvre Tradical® =  5,7t de CO2 stockés

 

Contact Tradical

Service Client Sud-Ouest | Mail : weber-sc-sud-ouest@saint-gobain.com | Tél. 05 62 74 85 00

restauration d'une ferme du XVIè à Obermodern

Restauration en béton de chanvre d’une ferme du XVIè

Une deuxième naissance pour cette maison en pans de bois, au moyen de Mur isolant, Doublage isolant, Rampant isolant en Béton de Chanvre Tradical®

Claude Eichwald, architecte spécialiste de la construction chanvre a mené la rénovation de cette ferme datant du 16eme siècle, qui représente le plus ancien témoignage de maison à colombage sur cette commune d’Obermodern (67).

En complément de la restauration du corps principal, création d’une extension en ossature bois qui rappelle les séchoirs a tabac.

Ce projet complexe a bénéficié de solutions techniques chaux-chanvre qui classent désormais ce bâtiment au niveau BBC

Programme de la restauration

Chanvre et chaux aérienne formulée

  • Utilisation de 80 m3 de Béton Chanvre Tradical® PF 70 + chènevotte Chanvribat®.

1-Mur de brique sud avec doublage Béton Chanvre Tradical® intérieur

  • Épaisseur 15 cm pour un R = 2 m2.K/W

2-Murs autres : les colombages conservent leur torchis avec Doublage Béton Chanvre Tradical® intérieur

  • Épaisseur 21 cm pour un R = 2.8 m2.K/W

3-Rampant en Béton Chanvre Tradical® et projection sur canisse depuis l’intérieur, sans démonter la couverture.

  • Épaisseur 40 cm pour un R = 6.6 m2.K/W

4-Mur extension en Béton Chanvre Tradical®

  • Épaisseur 35 cm pour un R = 4.66 m2.K/W

Coût énergétique

Des dépenses divisées par 6 après restauration BBC

Consommation totale initiale
Avant restauration : 5700 € par an

Total des dépenses annuelles
Après restauration : 900 € par an

performance énergétique béton de chanvre / Obermodern (67)

performance énergétique béton de chanvre / Obermodern (67)

Performances APRÈS restauration
Performances AVANT restauration

Intervenants

  • Architecte : Claude Eichwald
  • BET Thermique : Heliosol
  • Application Béton Chanvre Tradical® : Dolci BTP

Votre contact

écorénovation chaux chanvre

Doublage Isolant, enduit chanvre et design intérieur pour une rénovation haut de gamme

Pour relater ce chantier de référence, Weber a interviewé Jean-Marie Alliez partie prenante de cette aventure, et spécialiste des Bétons Chanvre et Enduits Chanvre Tradical® qu’il utilise sur nombre de ses chantiers.

Ici les aménagements ont métamorphosé le lieu d’origine au travers d’un traitement contemporain. La volumétrie imposante a facilité la reconfiguration globale des circulations et de l’espace de vie. Les angles de vues multiples, les matériaux et les textures mis en place, le traitement esthétique des réseaux suscitent l’intérêt à chaque instant.

Le tout réversible.

Et pour renforcer le challenge du projet, le traitement du thermique et hygrique est en parfaite cohérence avec le fonctionnement initial du bâti. On connait tous le confort de vie qu’apportent des parois de plus d’un  mètre d’épaisseur ! Il fallait simplement renforcer le potentiel initial…

Weber : Un peu d’histoire concernant plus précisément le bâtiment réhabilité

JMA : Le chantier situé dans un village d’Ardèche concerne une grande salle voûtée au format d’église au deuxième étage : dimensions 20 m de long, 8 m de large et 8 m de haut. Jusqu’en 1950, ce lieu avait fonction de dortoir, puis c’est trouvé à l’abandon, se dégradant…

La voûte en mauvais état avait encore ses peintures/badigeons bleu ciel et le liseré bordeaux en bas… Une large fissure longeait la clé de voute d’un bout à l’autre de la salle. Avant mon intervention, la toiture située au-dessus de la voute a été refaite intégralement et des tirants ont été installés, permettant de limiter le travail de la voute. Un conduit de cheminée au milieu de la salle, en boisseaux de brique, a été installé auparavant : il permet l’évacuation des fumées d’une cheminée située au RDC.

Mon client possédant l’ensemble des bâtiments encadrant cette salle.

Weber : Quelles ont été les grandes phases du chantier et quels corps d’états sont intervenus ?

JMA : Le chantier s’est déroulé en 6 temps :

Phase 1 : Remy LARMANDE (Maçon 07)

Réaménagement de l’accès à l’appartement par la création d’une nouvelle entrée depuis la cage d’escalier du bâtiment voisin avec réalisation d’un palier et escalier.

  • Habillage du conduit de cheminée en béton
  • Fermeture de l’ancien accès qui laisse place à la cuisine actuelle
  • Réaménagement de la circulation intérieure avec l’ajout de mezzanines et passerelle
  • Remplacement des fenêtres bois avec imposte éventail
  • Installation des gaines électriques pré-filées et réseaux d’eau

Phase 2 : JMA-Bâtiment Conseil et Art Pierre Tradition (Sylvain Delisle)

  • Ponçage intégral des surfaces (murs, voûtes) – et nettoyage pour dépoussiérage.
  • Isolation béton de chanvre en 10 cm d’épaisseur, avec une mise en œuvre par
  • projection mécanique Euromair (2 jours)
  • Séchage du béton de chanvre : 6 semaines
  • Réalisation d’une chape chaux et chanvre de 17 cm d’épaisseur pour la cuisine.
  • Réalisation d’une chape de compression avec Tradical® PF 55 + sable

PHASE 3 : Remy LARMANDE (Maçon07)

  • Aménagement de la salle de bains et cuisine.
  • Fermeture accès sud (séparation avec maison mitoyenne)
  • Travaux de finitions (escalier, ferronnerie, plancher , électricité installation des boîtiers)

PHASE 4 : JMA-Bâtiment Conseil et Art Pierre Tradition (Sylvain Delisle)

  • Enduit chanvre Tradical® PF 80M sur 230 m2 – 3 cm d’épaisseur en moyenne sur tous les murs, jusqu’à 4,5 m de haut. Sur Béton de chanvre Tradical® et sur murs non isolés.
  • Enduit décoratif Tradical® Décor (et poudre de marbre orange) sur la voûte (200 m2) – passe tramée en première couche sur les zones fissurées/abîmées après réparation des parties détériorées

PHASE 5 : Remy LARMANDE (07)

  • Montage des terminaux électriques
  • Finitions ferronneries
  • Montage cuisine
  • Aménagement bibliothèque, carrelage escaliers placard et menuiseries (portes)

PHASE 6 :  JMA-Bâtiment Conseil et Sandrine Gourju

  • Traitement des ferronneries, installation des câbles aciers du garde-corps
  • Traitement des panneaux OSB (vernis transparent microporeux)
    traitement du sol ciment.
Weber : Pourquoi le choix de la solution d’isolation mur s’est porté sur le complexe Chaux+Chanvre ?

JMA : Isolation (rupture de pont thermique) des parois extérieures sur une hauteur limitée (5m maxi) de manière à  conserver la voûte. La solution chanvre a permis d’adapter l’épaisseur et venir mourir sur la naissance de voûte. La mise en œuvre machine a permis de laisser la fourniture sur les camions dans la rue au pied du bâtiment (l’accès se faisant par des escaliers étroits à travers une habitation adjacente) ; avec une isolation “conventionnelle”, il aurait fallu monter tout le matériel. Le maître d’ouvrage m’a contacté car il voulait une solution saine pour la santé. C’est donc tout naturellement que je lui ai proposé cette solution de béton et enduit chaux et chanvre. Cette solution a également permis d’avoir la même teinte partout, sur béton de chanvre ou sur mur non isolé. La couleur 80M et chanvre lui convenait, même si j’ai proposé la solution du badigeon ou d’une passe de Tradical® Décor pour modifier teinte et aspect.

Weber : Pourquoi 2 matériaux distincts pour les murs et la voute ?

JMA : L’isolation de la voûte (avec une solution chaux et chanvre) a été jugée “inutile” au vue de la hauteur sous voûte et de l’épaisseur de celle-ci : elle est recouverte au-dessus (sous le toit) d’une épaisse couche de gravats pour sa mise en charge. Le propriétaire  voulait éclaircir au maximum le volume et la solution d’une voûte blanche s’est très vite imposée.

Lors de la préparation des supports, des fissures et des zones dégradées ont dû être réparées (rechargées et tramées) au préalable. La simple mise en place d’un revêtement type badigeon de chaux sur ce support hétérogène n’aurait pu assurer un rendu homogène. J’ai donc proposé de traiter la voûte avec Tradical® Décor, finition épongée. Pour éviter les raccords, les 200 m2 d’un seul tenant ont été réalisés à trois personnes avec deux échafaudages roulants en une journée.

Weber : Comment s’est solutionnée la jonction entre ces 2 matériaux aux épaisseurs, textures et couleurs si différentes ?

JMA : L’enduit chanvre a été réalisé en premier sur les murs. Son épaisseur se réduit progressivement à partir de 4 m au-dessus du sol jusqu’à 4,5 m environ. Le talochage/serrage de l’Enduit Chanvre Tradical® a été réalisé jusqu’en haut de manière à faciliter le recouvrement de la transition entre ce matériau et la voûte.

Pour réaliser l’enduit Tradical® Décor de la voûte, il a fallu protéger l’Enduit Chanvre des éclaboussures, éviter les tâches : avec l’aide d’un laser rotatif calé à la hauteur désirée (environ 4,3 m au-dessus du sol), des tasseaux de bois ont été fixés tout autour avec des clous aciers. Ensuite une bâche plastique a été agrafée sur les bois et déroulée jusqu’au sol. Ces tasseaux ont ainsi délimité les deux parties murs et voûtes.

Weber : Quelles étaient la nature des supports initiaux, des matériaux présents et les finitions ?

JMA : Le support initial était constitué d’un enduit chaux sable d’origine (18/19° siècle) recouvert d’un badigeon. Certaines parties ayant été réparées au plâtre. Dans une période plus récente, la base des murs avait été recouverte de peinture au plomb. Lors de la préparation des supports : j’ai entièrement poncé les surfaces.

Weber : Dans un bâti ancien, il y a toujours une analyse des pathologies présentes, qu’en était-il dans cet appartement et le site en général ?

JMA : De nombreuses dégradations ont fait l’objet de réparation : infiltrations d’eau liées aux anciennes fuites de toiture, la réduction des hauteurs de fenêtres avait générée antérieurement des fissures dans les zones de jonction avec la voûte. Cette même voûte étant fissurée sur toute sa longueur.

Par contre, point très positif, le projet se situant au deuxième étage, il est hors d’atteinte des pathologies classiques liées aux remontées capillaires dans les murs en pierre. Pas de salpêtre donc.

Le bâtiment est soumis à ces phénomènes uniquement en sous-sol, et ponctuellement. Ce qui témoigne globalement d’un très bon état général.

Weber : Quelle réflexion concernant le thermique et l’hygrique par rapport à l’existant qui bénéficie de parois de très fortes épaisseurs ? Est-ce qu’on a une idée du confort d’été existant ?

JMA : J’ai sensibilisé mon client sur la régulation hygrométrique dans l’habitat contribuant au ressentit du confort thermique. Le béton de chanvre joue parfaitement ce rôle.

Nous ne bénéficions pas de référentiel de consommation pour la période antérieure. Donc faire une comparaison sera  difficile. Ce que je peux dire c’est que durant toute la durée des travaux, aussi bien en hiver qu’en été, les températures à l’intérieur sont restées très agréables. Les murs très épais (plus d’un mètre) et l’orientation des façades (est-ouest) permettent aux rayons solaires de pénétrer le matin et l’après-midi. Aux heures les plus chaudes en été, le soleil ne réchauffe pas l’espace. L’inertie importante des murs a été respectée avec l’isolation répartie en chaux et chanvre appliquée sur les murs donnant sur l’extérieur.

Pour l’aspect sonore, l’espace avant travaux résonnait énormément, mais une fois le chanvre appliqué sur les murs, le ressentit acoustique était très agréable. L’espace ne résonnait plus et Tradical® Décor sur la voûte a encore amélioré le rendu avec un son beaucoup plus net (gommage de la réverbération des sons).

Weber : Mode de chauffage et objectif de consommation énergétique ?

JMA : Le mode de chauffage retenu est un poêle à granulé moderne à gestion électronique. Une palette de sacs de granules a été approvisionnée avant la fin du chantier. La fin du séchage des enduits chaux-chanvre a été aidée avec ce système de chauffage en plus d’une aération quotidienne.

Weber : Mode de production de l’eau chaude sanitaire ?

JMA : L’eau chaude sanitaire se fait  via un chauffe-eau électrique. Le bien pouvant être loué et donc occupé par des gens de passage, des solutions ordinaires, faciles, ont été retenues pour l’eau chaude sanitaire, le chauffage, etc. pour simplifier entretien et intervention.

Merci Jean-Marie, et au prochain chantier !

Quelques données

  • R total mur après rénovation
  • R existant 0.7 + R Doublage Isolant 1.18 + R enduit chanvre 0.17 = 2.05 m².K/W
  • Stockage carbone
    32.6 m3 de bétons et enduit chanvre Tradical® génèrent  9 to de CO2 stockés

Fiche chantier

  • Maître d’ouvrage privé
  • Surface habitable : 155 m²
  • Entreprise enduit et bétons de chanvre : JMA Bâtiment Conseil
  • Entreprise maçonnerie : Remy LARMANDE
  • Béton chanvre : Tradical® PF 70 + Chanvribat®
  • Surface : 230 m²
  • Enduit chanvre : Tradical® PF 80 M + Chanvribat®
  • Surface : 230 m²
  • Enduit de finition (en voûte) : Tradical® Décor
  • Surface : 200 m²

Votre contact

Service Client Est | Mail : weber-sc-est@saint-gobain.com | Tél. 03 83 25 85 02

isolation béton de chanvre Tradical

Restauration avec une belle performance thermique

La réfection des sols, murs et toitures s’est faite avec l’objectif d’atteindre des valeurs d’isolation thermique qui lui assurent un bilan énergétique inférieure de 50 % par rapport aux attentes de la RT 2012.

Le recours aux solutions Bétons Chanvre Tradical® dans ces 3 applications a permis de solutionner les contraintes liées aux fortes amplitudes thermiques de la région :

En été des températures qui oscillent entre 34 °C le jour et 18°C la nuit en moyenne
En hiver les températures oscillent entre 9°C le jour et 0 °C la nuit en moyenne

Applications Bétons de Chanvre Tradical®

  • Béton de Chanvre Tradical® application Chape isolante : épaisseur 20 cm sur 175 m2
  • Béton de chanvre Tradical® application Doublage isolant : épaisseur 25 cm sur 240 m2
  • Béton de Chanvre Tradical® application Isolation toiture : épaisseur 30 cm sur 150 m2
  • avec le couple chaux chanvre Tradical® PF 70 + Chanvribat® validé par les règles professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre

Performances thermiques des Bétons de Chanvre Tradical®

  • R Chape isolante Béton de Chanvre Tradical® :  2,1 m².K/W
  • R Doublage isolant Béton de Chanvre Tradical® : 2,9 m².K/W
  • R Toiture isolante Béton de Chanvre Tradical® : 5 m².K/W

Consommation énergétique de cette maison en béton de chanvre Tradical®

  • 25 kWhEp/m2/an

Entreprise partenaire du Réseau Tradical®

L’ensemble des ouvrages a été réalisé par notre partenaire du Réseau Tradical® : l’entreprise Domus Ars spécialisée depuis de nombreuse années dans la réalisation de construction ou rénovation avec les Bétons Chanvre Tradical®.

Plus d'informations Tradical® ?

Votre contact : Service Client Sud-Ouest | Mail : weber-sc-sud-ouest@saint-gobain.com | Tél. 05 62 74 85 00

écorénovation

Béton de Chanvre Tradical pour cette restauration

Cette maison patrimoniale a fait l’objet d’une importante rénovation de la part d’un promoteur immobilier.
Ce bâtiment fortement détérioré a exigé des travaux préalables en reprise de charpente.
L’ensemble des torchis des murs de façades a été remplacé par un béton de chanvre, en application mur. Le banchage étant extérieur, pour une application de cette isolation répartie par l’intérieur.

Pour une cohérence maximale et une optimisation des échanges hygriques, ce béton de chanvre Tradical a reçu un enduit traditionnel à la chaux Tradical, en extérieur, comme en intérieur.
Les façades du Rdc ont été rejointoyées, certaines pierres réparées.
Les murs de la cave voutée étaient très abimés, un décroutage complet s’imposait. Un enduit Tradical spécial anti-sapêtre a été mis en place, suivi d’une finition à la chaux.

Application Bétons de Chanvre Tradical et enduits chaux

Mur 1er étage
  • Béton de chanvre Tradical en application Mur Pans de Bois : chaux Tradical PF 70 + Chanvribat
  • Performances thermiques du Béton de Chanvre Tradical : Mur en épaisseur de 25 cm de béton de chanvre : R = 2,9 m².K/W
  • Enduit extérieur :
    • Corps d’enduit : chaux Tradical PF 70 + sable naturel du Cher
    • Enduit de finition : chaux Tradical PF 80 + sable naturel du cher pour une coloration ton pierre. Aspect lissé
    • Enduit intérieur : chaux Tradical PF 80 + sable naturel du Cher. Aspect gratté
Rez de chaussée
  • Rejointoiement : chaux Tradical PF 80 + sable local
  • Réparation de la pierre :  chaux Tradical PF 60 + sable local
Cave
  • Corps d’enduit : chaux Tradical PZ (spécial anti-salpêtre)
  • Finition : chaux Tradical PF 80 + sable naturel du cher.

Plus d'informations ?

Service Client Île-de-France – Nord – Centre – Val de Seine
Mail : weber-sc-idf@saint-gobain.com | Tél. 01 45 13 45 10

Enduit chaux chanvre de couleur naturelle - Fransèches - Creuse

Une restauration en coeur de pays creusois

Un enduit chaux chanvre pour réguler la température et faire la finition

Il s’agit d’une restauration conséquente sur ce bâti vernaculaire avec une finition intérieure en enduit chaux chanvre. La maçonnerie est spécifique à cette région, les pierres étant simplement posées sur un mortier servant seulement à caler les moellons.

De nombreuses ouvertures on été créées, en toiture et sur la façade arrière pour augmenter la luminosité du lieu.
Création d’une grande cheminée dans la tradition régionale, on y tient debout ! Aménagement des combles, pour augmenter la surface habitable…

Nature des travaux

Travaux préalables

  • L’ensemble des murs a été décroûté.
  • Mise en place d’un mortier Tradical® PZ résistant aux sels véhiculés par les remontées capillaires. Cette application était d’autant plus essentielle que les traces de sels couvraient une surface importante nécessitant une pose sur 2 m de hauteur.

Solutions isolantes béton et enduit chaux chanvre 

  • Réalisation de doublages isolants avec la solution Béton Chanvre Tradical® : Tradical® PF 70 + Chanvribat®
  • Réalisation d’enduit chanvre Tradical® coloré : Tradical® PF 80 + Chanvribat®. Cet enduit recouvre l’essentiel des murs en laissant apparaître la texture de la chènevotte. Certaines parois sont de la couleur naturelle issue du mélange chaux+chènevotte. D’autres parois en alternance reçoivent une coloration ocrée.
  • Enduit chaux aérienne avec Tradical® PF 80 + sable local. Certains murs ont reçu un enduit à pierre vue en intérieur. Par exemple mur d’escalier

Chape isolante

  • Réalisation de chape isolante avec Béton Chanvre Tradical® : Tradical® PF 70 + Chanvribat®
  • Chape de compression en Tradical® PF 55 pour recevoir des carreaux de terre cuite

Plus d'informations ?

Votre contact : Service Client Ouest | Mail : weber-sc-ouest@saint-gobain.com | Tél. 02 99 35 55 55